Métiers d’hier : l’apiculteur

Posté par cartophilesloiret le 23 mars 2011

 

Apiculteur
Album : Apiculteur

4 images
Voir l'album

 

On distingue deux catégories d’apiculteurs : l’éleveur d’abeilles et le producteur de miel.

Autrefois, l’abeille était appelée communément « mouche à miel » et l’homme qui s’en occupait était « le moucheux » ou « mouchier ». La nature en liberté, l’abeille seul insecte travaillant pour l’utilité du genre humain, le deuil de la ruche à la mort du maître sont des images bucoliques mais peuvent être des clichés trompeurs. On ne s’improvise pas apiculteur du jour au lendemain. La motivation est une chose, la connaissance  « d’apis mellifica melifera » en est une autre. Les livres seuls ne suffisent pas. La meilleure formation est encore  l’apprentissage sur le terrain, sous la direction d’un « berger des abeilles », souvent un père transmettant savoir et  passion à son fils.
Jadis, les ruches étaient faites de paille, d’écorces d’arbres, de pierres, de terre cuite, de planches. Il y en avait des rondes, des carrées, mais le plus grand nombre étaient de forme  conique ou ressemblant à une cloche. Depuis, ces antiques paniers se sont modernisés avec des systèmes de rayons de cire fixes ou mobiles, hausses à cadres, etc.
Pour approcher,  l’apiculteur profite d’un milieu de journée ensoleillé quand presque toutes les butineuses sont dehors. L’outil indispensable est « l’enfumoir » à soufflet. La fumée déclenche chez l’abeille un réflexe de sauvegarde. L’homme procède à l’entretien de la ruche, la tête protégée par un voile, le corps préservé par des vêtements clairs. Il observe ses essaims pour s’assurer de leur bonne santé et de la présence de la reine. Si une colonie manque de provisions, il lui donne une nourriture liquide en été, solide en hiver.  La proximité des plantes mellifères est importante. La couleur du miel et sa consistance dépendent de la variété des fleurs butinées par les infatigables ouvrières que sont nos abeilles : le miel blanc de sainfoin du Gâtinais était très recherché par l’épicerie et la confiserie fine. Ceux provenant des fleurs d’acacia, de  trèfle, de colza ou de châtaignier eurent , de tous temps, les faveurs  des gourmets.
La récolte du miel et de la cire intervient lorsque l’essaimage et la floraison sont terminés. Commencent  alors les opérations d’extraction, filtrage, conditionnement et mise en hivernage du rucher.  La belle histoire  de l’abeille et de l’apiculteur continue.

M.R.

Publié dans Metiers d'hier | Pas de Commentaire »

12
 

ASSOCIATION BIPOLAIRE PROVE... |
LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU... |
Mission Tanzanie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boyardville , La Perrotine ...
| Le Pas Sage
| Construire à côté