Le sabotier

Posté par cartophilesloiret le 12 mars 2013

 Le sabotier dans Metiers d'hier sabotier-4t

Les sabots sont d’usage courant à la campagne car leur bois protège du froid et de l’eau. Leur forme diffère selon les pays. Dans l’Orléanais, il en existe pour le jardin, l’étable, le bêchage, les tailles de vigne au printemps, mais aussi dans la vie courante. Ils se fabriquent à partir de bois différents : aulne, ormeau, hêtre…Les arbres choisis sont abattus, débités en « tronces » de 40 à 45 centimètres fendues ensuite en quartiers. Dans chacun de ces quartiers est taillé un sabot, du bout du « nez » au talon.

sabotier-1t dans Metiers d'hier

Le sabotier bûche, moule, ébauche à l’aide de la hachette puis façonne ses sabots en les appareillant par deux. Ensuite, il élimine les arêtes à l’herminette, modèle les courbes au paroir et délimite le talon  à la scie. L’intérieur se creuse à la tarière puis à la cuillère en progressant jusqu’à la place des orteils. La voûte du coup de pied se travaille à la rouanne.

sabotier-3t

 Avec « le pied de Roi », règle graduée en pieds, pouces et lignes, le sabotier donne la pointure à chaque paire. Traités, séchés, les  sabot» sont suspendus à des fils de fer autour de l’atelier : à l’ombre, à l’abri du vent, ils attendent la dernière façon, la « pare ». La plane polit, le « couteau à déborder » arrondit des angles, la « reinette » décore le dessus de certains, des  brides de cuir garnissent d’autres, outils et pinceaux vernissent les plus fins. Ils deviennent « claques » pour les femmes ou  « trous de lapin » pour les paysans.

sabotier-5t

Les machines à sabots modifient peu à peu la saboterie traditionnelle et amorcent la lente agonie des « chaussures de bois ».
La concurrence du cuir, du caoutchouc, du crêpe, etc …, matières dorénavant utilisées dans l’industrie des articles chaussants, oblige peu à peu les artisans sabotiers à quitter  les échoppes de leur village. La galoche puis la botte en caoutchouc remplacent le sabot de bois qui, désormais, entre dans la mythologie populaire. Il n’apparaît plus que dans les groupes folkloriques ou transformé en porte-bonheur dans les boutiques de souvenirs.

M.R.

 

 

Laisser un commentaire

 

ASSOCIATION BIPOLAIRE PROVE... |
LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU... |
Mission Tanzanie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boyardville , La Perrotine ...
| Le Pas Sage
| Construire à côté