• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 25 juin 2011

Il y a 100 ans… « le gâs qu’a mal tourné » disparaît

Posté par cartophilesloiret le 25 juin 2011

 

statuegcout.jpg

Statue de Gaston Couté par Edmond Morignot à Meung-sur-Loire

Gaston Couté est né à Beaugency, le 23 septembre 1880, au moulin des Murs, à l’emplacement actuel du jardin public, situé en bordure de la Nationale 152, devant les ruines des anciens remparts de la ville.

En 1889, sa famille s’installe au moulin de Clan, lieu-dit des environs de Meung-sur-Loire. Vers 1889, il est écolier à la Nivelle, petit hameau de Meung-sur-Loire. En 1892, il suit des études à l’école des garçons, rue des Remparts. 1895 : il débute ses premiers essais poétiques. Grâce à diverses rencontres professionnelles, il publie ses écrits dans « La Revue Littéraire et Sténographique du Centre » et dans « Les Aydes de fin de siècle » en 1897. Cette même année, il participe aux « Cigaliers du Mont-Martroy », groupe de poètes qui se réunissent place du Martroi à Orléans, au Café de la Bourse puis au Café Choinet où ils créent le Cabaret du Lézard d’Or.

En 1898, il exercera successivement les emplois de commis-auxiliaire à la Recette Générale d’Orléans, puis à celle d’Ingré, et se produira avec les « Poètes et Chansonniers du Mont-Martroy » à la salle de l’Institut Musical d’Orléans, deviendra reporter au Progrès du Loiret, montera sur la scène d’un théâtre ambulant, ira à Paris et se produira dans plusieurs cabarets avec des fortunes diverses. En septembre 1899, sans un sou, il ne peut prendre le train, c’est à pied, qu’il voyagera avec son ami Maurice Lucas. Ils rejoindront la ville de Gargilesse via Châteauroux. Ils sont invités par les peintres Henri Jamet et Gabriel Léon. Bien que très fatigués, ils vivent de leur talent dans les villes de Saint-Ay, Beaugency, Tavers, Cour-Cheverny, Mennetou-sur-Cher, Vierzon, Mehun-sur-Yèvre, Saint-Florent-sur-Cher, Issoudun, Châteauroux. En plus de la poésie, il s’essaie à réaliser ses premiers dessins humoristiques. Pendant cette expédition, il dessinera une série de huit cartes postales en couleur.

Entre 1902 et 1907, il connaît une période de succès dans les cabarets montmartrois. Il rédige un certain nombre de ses récits en patois beauceron. Il ouvre même un cabaret « La Truie qui file » qui aura une période d’activité de quelques mois. Il fait paraître des articles dans les journaux libertaires et s’engage dans la cause des mouvements ouvriers au cours des années 1910-1911.

Il décède à l’hôpital Lariboisière à Paris, le 28 juin 1911, des suites de privations, et de tuberculose. Ce n’est qu’après sa mort que sa famille a pris conscience de son grand talent.

Noëlle Le Gleuher  Extrait du Carto n° 94 d’avril 2006

 

Ironie : 

Les disputes étaient courantes entre Gaston Couté, fantaisiste, rêveur, anarchiste, et son beau-frère, Emmanuel Troulet, conformiste, recherchant l’argent et les honneurs, qui a été Président de nombreuses Sociétés de Meung-sur-Loire, est entré au Conseil Municipal et a ensuite été Maire de la ville.

Ils sont maintenant l’un à côté de l’autre, dans le cimetière de Meung-sur-Loire, et, de nos jours, la tombe du « gâs qu’a mal tourné » est entretenue et fleurie, mais, celle du notable de l’époque semble bien abandonnée… 

tombes.jpg

A gauche la tombe de Gaston Couté et à droite celle de son beau-frère Emmanuel Troulet

 

Cet été, à partir du 25 juin et sur 9 neuf week-ends, deux associations lancent un itinéraire à la mémoire de Gaston Couté. Plus d’informations sur le site : 

http://www.itineraire-gaston-coute.com/

 

 

Publié dans Cartophilie | Pas de Commentaire »

 

ASSOCIATION BIPOLAIRE PROVE... |
LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU... |
Mission Tanzanie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boyardville , La Perrotine ...
| Le Pas Sage
| Construire à côté